Les Métropoles mondiales s’engagent vers un bilan carbone neutre en 2050 par Alterea

Le Cities Climate Leadership Group (C40) présidé par Anne Hidalgo, regroupe plusieurs métropoles qui s’engagent vers un bilan carbone neutre d’ici 2050. Financé par plusieurs fondations telles que la fondation Clinton, son objectif est de montrer qu’il est possible de réduire les émissions de CO2.

Le C40

 

Le Cities Climate Leadership Group (C40) a été créé par Ken Livingstone en 2006 pour fédérer les initiatives des grandes métropoles et lutter contre le réchauffement climatique. L’organisation a pour but d’accélérer la mutation écologique à l’échelle des villes. Aujourd’hui, celui-ci est présidé par la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Il est composé de 85 métropoles dont New York, Vancouver, Paris, Rome, Moscou, Milan, San Francisco, Athènes, Bombay, Hong Kong ou encore Buenos Aires. Ces villes représentent à elles seules un quart de l’économie mondiale et près de 70 % des émissions de gaz à effet de serre.
Il est également composé de neuf villes Africaines, qui vont être aidées dans l’élaboration de plans d’actions climatiques, tout en respectant l’Accord de Paris.

« Réduire drastiquement les émissions de CO2 et ainsi s’inscrire pleinement dans l’accord de Paris »

« Les maires des plus grandes villes du monde façonnent le siècle à venir et préparent le terrain pour un avenir meilleur, plus sain et plus respectueux de l’environnement », a déclaré Anne Hidalgo durant la Climate Change Conference à Bonn en novembre dernier.

L’objectif de ce dispositif est de montrer qu’il est possible de réduire drastiquement les émissions de CO2 et ainsi s’inscrire pleinement dans l’accord de Paris. Pour arriver à ce résultat, plusieurs mesures ambitieuses ont été mises en œuvre, comme par exemple :

  • Mettre en commun les expériences sur le trafic automobile, l’efficience énergétique des bâtiments et la gestion des déchets
  • S’équiper de bus zéro émission à partir de 2025 et passer en zone zéro émission sur une partie importante du territoire

Ces plans démontreront la capacité d’adaptation et d’amélioration de chaque ville au regard de sa résilience face aux crises climatiques et aux phénomènes météorologiques.

Des partenaires financiers

 

Afin de développer ses projets, le C40 dispose de plusieurs partenaires financiers tels que la fondation Bloomberg Philanthropies et la fondation Clinton.

La Banque mondiale va prêter 4,5 milliards de dollars sur trois ans à 150 villes pour mettre en œuvre des initiatives visant à accroître leur résilience et lutter contre le changement climatique. Ces aides devraient ainsi leurs permettre de lever des fonds privés, grâce à la structuration de partenariats public-privé.

Auteur de l’article : Alterea